Elguijaronegro

Graphisme, photo, vidéos, écrits, musique. - Une partie de ma vie d'artiste - Amis, visiteurs, soyez les bienvenus!

05 juin 2007

Dangers du Tchat

Des milliers de criminels sexuels se sont créé des profils sur le site Web de réseautage social MySpace, ce qui menace la sécurité de jeunes internautes qui comptent parmi les utilisateurs les plus avides du site, ont déclaré lundi huit procureurs généraux des États-Unis.

Le procureur général du Connecticut, Richard Blumenthal et ses contreparties de sept autres États demandent à la compagnie, propriété de News Corp., de leur remettre la liste des noms et adresses de ces délinquants.

D’après des sources, les procureurs généraux ont appris l’existence sur MySpace de milliers de délinquants sexuels, découverts grâce à une enquête interne du site Web, a expliqué M. Blumenthal. Il n’a pas voulu révéler l’identité des sources.

«Notre objectif est de nous assurer que ces délinquants sexuels condamnés sont retirés de ce site et d’autres sites de réseautage social», a précisé M. Blumenthal dans une entrevue téléphonique accordée après une conférence de presse qui a eu lieu à Hartford, Connecticut.

«Les renseignements concernant les délinquants sexuels condamnés inscrits sur MySpace prouvent sans l’ombre d’un doute que des mesures de sécurité supplémentaires telles que la vérification de l’âge sont nécessaires afin de protéger les enfants», dit-il.

Quelque 100 millions d’internautes du monde entier se servent du service de MySpace, dont la croissance est fulgurante.

Des groupes de défense des droits des enfants craignent que les jeunes ados qui se servent de MySpace, de Facebook et d’autres sites semblables pour échanger et tisser des liens, ne saisissent pas bien les risques inhérents à la rencontre de personnes dont on a fait la connaissance sur Internet.

«Les gens devraient être alertés de tout contact ayant eu lieu entre eux ou leurs enfants et ces délinquants», estime Judi Westberg-Warren, présidente de Web Wise Kids, un organisme californien à but non lucratif qui se préoccupe de la sécurité des jeunes internautes.

Les familles de cinq adolescentes agressées sexuellement par des personnes rencontrées sur MySpace ont intenté en janvier une poursuite contre son propriétaire News Corp., accusant le site de négligence et de fraude.

Les législateurs américains envisagent de rendre criminel le fait qu’une personne de plus de 18 ans mente sur son âge pour attirer des ados par le biais d’Internet, avec l’intention d’avoir avec eux des contacts sexuels illicites.

MySpace et d’autres sites de réseautage social pourraient mettre en place la vérification systématique de l’âge de leurs membres à titre de mesure concrète pour améliorer la sécurité des jeunes, propose Mme Westberg-Warren.

«Il ne s’agit pas que de MySpace, nous parlons ici de tout le phénomène du réseautage social», dit-elle. «Les jeunes peuvent passer de MySpace à un autre site de réseautage social. Tous les sites de ce type devraient se préoccuper du problème.»

Les procureurs généraux de la Georgie, de l’Idaho, de la Caroline du Nord, de l’Ohio, de la Pennsylvanie, du Mississippi et du New Hampshire se sont joints au Connecticut dans la signature d’une lettre remise à la compagnie, dans laquelle ils demandent qu’on leur révèle les renseignements sur les délinquants sexuels. Les procureurs veulent également savoir si MySpace a supprimé les profils en question de son site.

source

Posté par KNTHMH à 06:11 - Net sécurité, net arnaques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire