Elguijaronegro

Graphisme, photo, vidéos, écrits, musique. - Une partie de ma vie d'artiste - Amis, visiteurs, soyez les bienvenus!

24 septembre 2005

"Le Survenant"

J'ai fait une petite recherche: [harmonium+Québéquois] et...

je suis tombée sur ce qui suit, j'ai souligné des phrases qui m'ont frappée et donné envie de découvrir ce film .

"C'est-tu un péché que d'être une belle fleur et de se tourner vers le soleil? "
(Angelina dans "Le survenant")

© Copyright Alliance Atlantis
Langue orig.:  Français
Pays:  Canada 
Genre:  Chronique
Date sortie: Avril 2005
Durée:  2:18

Réalisé par:  Eric Canuel
Écrit par:  Diane Cailhier
Compagnie:  Alliance Atlantis
En vedette:  Jean-Nicolas Verreault, Gilles Renaud, François Chénier, Pierre Collin, Germain Houde, Anick Lemay, Dominique Pétin, Patrice Robitaille, Pierrette Robitaille, Catherine Trudeau


L'histoire:

Au début du siècle, un étranger vient troubler la vie d'une petite communauté paysanne fermée sur elle-même. Aventurier détaché des conventions sociales, il secoue les certitudes et scandalise. Sa force, sa liberté et sa verve suscitent malgré tout l'admiration, l'affection et même un grand amour.

Développé:

En 1910, les habitants du Chenal du Moine, près de Sorel, vivent paisiblement au rythme des saisons. Cette quiétude autarcique est toutefois bouleversée par l'arrivée d'un inconnu chez Didace Beauchemin, un cultivateur veuf qui vit avec son fils Amable et sa bru Alphonsine. Didace accepte d'accueillir ce “Survenant”, comme il l'a baptisé, en échange de diverses corvées. Le nouveau venu impressionne les habitants, tant par son ardeur au travail que par les récits de ses voyages à travers le monde. De plus, il est plein d'attentions pour Angelina Desmarais, une célibataire jolie mais ostracisée parce qu'elle boite. Or, cette situation irrite Odilon Provençal, qui souhaite épouser Angelina pour acquérir sa terre. Par ailleurs, le chétif Amable est jaloux du Survenant, que Didace traite comme son propre fils.

Commentaire 1: (assez stupéfiant pour la personne que je suis de lire celà!)

Il y a les tabous de ce temps là, "la fleur n’était pas autorisée à se retourner vers le soleil", c’était non convenant, tout passait par la religion et pour vouloir vivre un grand amour et une passion, cela était pratiquement impossible, voir très difficile.

Le survenant n’a pas eu de père et toute sa vie il lui manquera. Dans ses voyages, c’est comme s’il le cherchait, d’où sa peur de s’enraciner à un endroit, il a peur de l’amour, de ne pas être à la hauteur des attentes de quelqu’un d’autre et peut-être connaissant ses faiblesses, se sent-il indigne de Angelina… qui sait…

Autres commentaires: (synthèse ici) 

Mon cher Jean-Nicolas Verreault, je suis allée voir le film, Le Survenant, hier après-midi. J'y allais pour en avoir le coeur net... Avec réticence. Le grand dieu des routes (Jean Coutu) ne pouvait avoir de remplaçant à mes yeux. Enfant, j'écoutais le "vrai" Survenant à la télé. Hier, j'ai été séduite. Vous êtes venu me chercher. J'ai craqué. Tout ça à commencé quand vous jouez de l'harmonium pour Angélina. J'étais faite à l'os. Merci, Jean-Nicolas Verreault pour ce beau personnage que vous nous avez livré..

Sobriété de la mise en scène, jeu des acteurs tantôt subtil tantôt carré, beauté des images du "chenal", musique touchante, parfois envoûtante, mais surtout le scénario, une simplicité, une nostalgie qui talonnent "Le Festin de Babette".

Le jeu des acteurs est excellent, Jean-Nicolas-Verreault est convaincant, il rend très bien le drame intérieur vécu par son personnage qui bouscule la vie de certains habitants d'un village. Gilles Renaud est superbe. La paire est extraordinaire. Catherine Trudeau un bijou. La musique durant le film est agréable la chanson de la fin moins. Contrairement à Séraphin, les costumes sont réalistes (réf. : borsalino porté par Alexis? ) Enfin, on ne s'est pas senti obligé de mettre des scènes de cul pour vendre un bout de peau d'acteur alors que ce n'est pas essentiel. L'histoire nous confirme que ce n'est pas d'aujourd'hui que l'étranger dérange.

C'est un très bon film ou l'acteur principal vous intrigue du début à la fin. À mon avis il est trop court car avec Jean- nicholas Vereault sera pourrait durer des heures et se serait toujours aussi intéressant.

Le scénario du film a les mêmes chances de plaire que le roman, ce grand classique de la littérature québécoise. Madame Guèvremont avait eu la main heureuse en entourant le « grand dieu des routes » de tant de mystère. Eh bien, le réalisateur a excellé en ne s'écartant pas de cette si belle magie. Le combat d'Angélina est poignant, le rêve de Joinville est sympathique, l'admiration de Didace est sublime... Tout est traité de façon magistrale. J'avais eu la chance d'étudier le roman à l'Université, je l'avais par la suite fait aimer à mes élèves de 3e secondaire. Le film est farci de qualités: des acteurs accomplis, des prises de vue fabuleuses, un retour à des valeurs hélas oubliées...

Un film à voir pour la qualité des textes. Si vous aimez la littérature, vous serez impressionné. Il n'y a pas de grande intrigue, mais plutôt une belle leçon de vie et une bonne morale. On repart le coeur léger et la tête remplie des plus beaux paysages automnales.

Des paysages d'une beauté exceptionelle. Un Survenant aussi sensible que Viril. Des comédiens plus vrais que nature. C'est ce qui fait du Survenant un film aussi extraordinaire. Je crois sincèrement que Germaine Guèvremont aurait été très fier de cette brillante adaptation de son roman du même nom. Par contre, je suggère fortement de lire le roman AVANT de voir le film. Vous y serez d'avantage plongé dans le petit univers du Chenal du Moine. Ceux qui ne connaissent pas l’œuvre de Germaine Guèvremont risque de trouver le film long. Le travail de Jean-Nicolas Verrault est simplement extraordinaire. Ce qui m'empêche de donner un 10 à ce film est le choix des comédiens pour le rôle de Angelina et Amable. François Chenier et Anick Lemay sont deux comédiens extraordinaires mais malheureusement ne collent pas très bien au personnage qu'ils représentent. Anick est beaucoup trop jolie et sérieuse pour incarner Angelina qui, dans le roman, n'est pas particulièrement très jolie et plutôt naïve. Je crois que nous avons trop vu François dans des rôles plus léger (Radio Enfer, Fortier) ce qui fait qu'il n'a malheureusement pas l'air aussi détestable que le personnage peut être. Par contre il ne pouvait pas y avoir meilleur choix que Catherine Trudeau pour jouer le rôle de Phonsine. Je n'ai jamais pleuré au cinéma avant. Le Survenant m'a fait fondre en larme. Un film à voir absolument principalement pour les amateurs du Roman!!

On comprend le point de vue de tous, les décors sont superbes, l'ambiance est constante et on peut presque sentir l'écriture même du roman original. Du fait même, il y a un aspect bien rendu de l'époque. Le plus surprenant, c'est la façon que la poésie en joual sonne bien à l'oreille, on est loin de Lévis-Beaulieu. C'est un film qui ne se rabaisse pas au vedettariat pour attirer des gens (probablement le premier film québécois sans Rémi Girard depuis les 10 dernières années (Very Happy) ), donc, un excellent jeu d'acteurs et non pas un culte de personnalité pour faire sensation dans les magazines-torchons hebdomadaires.

Film très poétique. Les paysages sont à couper le souffle. Les prises de vue superbes. On apprécie vraiment les quatre saisons du Québec dans ce film. Langage très coloré d'autrefois et très juste! Pour ce qui est du jeu des acteurs, ils sont tous excellents, l'émotion passe à souhait. La scène sur le bord de l'eau entre le Survenant et Angéline est très forte... Un film absolument délicieux... beaucoup mieux que Nouvelle-France, à mon avis.

Un bon moyen pour nous les plus âgés de renouer avec un héros populaire de l'imaginaire québécois et pour les plus jeunes de découvrir une belle histoire d'amour entre un étranger et une collectivité qui vit repliée sur elle même.

Le film met en évidence l'amour ainsi que la liberté. Le survenant, avec son petit air bohémien, se promène de ville en ville sans nécéssairement avoir d'attache. Pas un très bon chasseur, mais il excelle comme charpentier. De plus, il sait comment manier une égoine. Comme Eric Lapointe dirait dans sa chanson: "Poussez par le vent rien dans les poches je me promène au gré des saisons". La bohème l'appartient à l'horizon.

C'est un film magnifique et triste en même temps. C'est un film sur l'acceptation de la difference, sur l'éveil des consciences, sur la vérite. Le paysage est magnifique.

Ce film amène d'autre trouble de ce temps. Soit le rejet pour être différent et la nomadité mal vu à cette époque.

Ce film est visuellement magnifique, ça c'est certain, superbe réalisation sans excès, la beauté des paysages naturels est en premier plan. Jean-Nicolas Verreault est vraiment impressionnant, son physique et sa tronche donne un plus au personnage qu'il incarne, il est plus vrai que nature. Le reste de la distribution complète bien le tableau, ils jouent avec sincérité et nuance. Quelques longueurs bien entendue, mais la lenteur nous permet de relaxer et d'entrer dans cette histoire touchante qu'est le Survenant. Le film est campé dans notre histoire québécoise et ça donne envie de replonger dans ses années de grande noirceur, même si on a travaillé fort pour obtenir notre liberté. Les idéaux du survenant apporte un souffle nouveaux dans le petit village, tous veulent découvrir ce qui se passent en dehors de leur cage. Un beau message d'espoir et de liberté souffle après le visionnement de ce film. Pas essentiel, mais esthétiquement superbe.

Enfin une histoire d'amour, qui malheureusement pour Angelina, ne se termine pas!

"C'est-tu un péché que d'être une belle fleur et de se tourner vers le soleil? " *
On se souviendra de cette réplique...

*(Une fleur a le droit de se tourner vers le soleil!)

Les images, la "parlure", le jeu des acteurs, tout est excellent. Mais je vois plus cela comme un magnifique tableau vivant à regarder et non pas comme une histoire. Selon moi, c'est la fin le problème... dans le livre si je me rapelles bien (ça fait plus de 10 ans que je l'ai lu), on avait une piste à la fin, comme quoi le Survenant était amnésique et était un Mackenzie ou qqc comme ça... Et j'aime les histoires d'amour qui finissent bien moi... ou au moins qui font rêver un peu plus... j'aurais voulu voir Le Survenant embrasser Angelina au moins... Quel magnifique Survenant d'ailleurs... j'aurais bien aimé me retrouver lovée dans ces bras...

Une phrase m'a particulièrement touché. Quand Angélina avoue à son père qu'elle aurait suivi le survenant au bout du monde comme son ombre mais qu'il ne lui avait rien demandé. J'ai resssenti la tristesse d'Angelina.

La liberté... maintenant de nos jours... c'est facile de l'imaginer mais à cette époque... quoi dire de plus que irréalisable pour les gens qui se considère ordinaire. Cet homme a pris la décision de rester fidèle... à sa liberté. Très difficile décision. Il n'était pas accepté dans ce monde sans doute partout où les chemins le menaient. Pourtant difficile de dire non a l'amour... la liberté l'a emporté...

Excellent film traité avec une grande sensibilité, pas besoin d'artifice, avec sa lenteur il nous permet de nous laisser imprégner de toute l'atmosphère des saisons et du rythme de vie de l'époque, toute l'intensité des personnages se ressent dans les silences. A travers la simplicité des scènes de la vie quotidienne, on ressent la force et la fragilité de la vie, et son indéniable mystère, Tout comme le survenant, son secret, son mystère nous met dans un inconfort, ainsi va la vie tout passe tout change rien ne dure, et on ne comprend pas toujours le pourquoi des choses. C'est une histoire qui parle à l'âme, et le film respecte entièrement ce langage. Les comédiens sont excellents, tout à l'air si naturel! Merci à toute l'équipe de nous avoir donné un si beau film. Il faut le voir avec les yeux du coeur et de l'âme.

Qu'est-ce que ça fait du bien; qu'est-ce que ça fait du bien de se mettre à "Off", de savourer le temps d'Avant, d'avant la vitesse, le stress, l'action appréhendée et les pétarades d'effets spéciaux d'Hollywood.
Il s'adresse directement au coeur et ce tant par les contre-jours d'automne aux couleurs marrons que par l'amour vrai qu'il distille. Bref, je recommande vivement ce produit "Made in ceinture flèchée"!

C'est un film extraordinaire, tout en sentiment sans sentimentalerie. Un film qui nous plonge vraiment dans cette époque du début du 20ième siècle. Petit village, horizon fermée, se contentant de peu. Et cet étranger qui vient bouleverser cette tranquilité figée. Des longueurs?.. aucune. Les acteurs sont tous excellents, les images sont à couper le souffle et à ceux qui déplore le manque d'action... vous avez raison ce n'est pas un film d'action mais c'est un film plein de rebondissements tout en subtilité. Moi aussi j'aurais aimé voir le Survenant et Angélina s'embrasser passionnément mais en 1900 les amoureux ne s'embrassaient pas (à bouche que veux-tu) après quelques rencontres et de ce fait celà reste fidèle à l'époque. Étant moi même de Sorel je suis heureux de voir qu'Éric Canuel ait su découvrir la beauté de notre coin de pays...

C'est une belle histoire de tolérance et sur la passion de vivre. La poésie du livre est bien présente dans les images absolument superbes de ce coin de pays. Le ton général du film est celui de la contemplation. Il s'en dégage une force tranquille comme le personnage principal, joué de façon crédible par J. N. Verreault. Et surprise, la musique est bien dosée et pas trop mélodramatique. (ressemble étrangement à du Thomas Newman) Le caractère des personnages secondaires est bien développé.

Nous avons litéralement SAVOURÉ ce film! Il était d'une longueur juste parfaite pour pouvoir vivre les émotions des personnages, admirer la beauté des paysages, et s'enivrer de la musique superbe! Les acteurs nous ont vraiment fait oublier qu'ils "jouaient". On peut constater que les "oeillères" des gens de l'époque sont encore les mêmes aujourd'hui. Les préjugés, les jugements, rien n'a changé. On le vit seulement dans un contexte différent.

On se demande pourquoi le film parrait lent des fois, mais il ne l'est pas vraiment. C'est juste qu'on est pas habitué a regarder un film tranquillement, sans artifices techniques et sans intrigues à toutes les scènes... Mais l'intrigue, c'est le personnage du Survenant lui même. Mettez vous dans la peau de ces gens là, a cette époque là! Le Survenant devait vraiment intriguer! Verreault est parfait, malgé le rire un peu forcé des fois. Lemay est magnifique, mom chum en est tombé amoureux... Mais je trouves que le personnage de Phonsine était un peu trop soumise et renfermée a comparer le livre. Un film qui me rappele aussi que je vis dans un beau pays, qui à été bâti par des gens 'ben vaillant'.

Excellent, le rythme du film est comme l'époque durant laquelle il se déroule. La parlure est aussi d'époque et les acteurs sont crédibles. On se rends compte combien les gens étaient fermés à tout ce qui étaient étrangers à cette époque.

La réussite du film est bien sa prise de conscience et son regard très moderne malgré l'époque où ça se passe. Nous amener à penser que le bonheur ne se trouve peut-être pas dans notre petite besogne quotidienne et routinière. Que la beauté du monde est d'autant plus belle lorsqu'on la visite, que lorsqu'on y habite (dans ce contexte, le spectateur lui-même est visiteur, et c'est pour ça que le paysage nous parait si beau) Pour moi, cette prise de conscience est beaucoup plus venue me chercher que l'histoire d'amour entre Angélina et le Survenant. Parlant d'histoire d'amour, celle entre le père Didace et le Survenant est beaucoup plus touchante.

Un film troublant qui nous amène inmanquablement vers une quête de notre fort intérieur. Un film qui remet en place nos perspectives, ébranle nos convictions. L'acceptation de la différence est une notion que nous oublions trop souvent dans ce monde où tout est centré sur la beauté des apparences...

Les décors et paysages sont superbes, surtout la chambre du Survenant, on aurait pu sentir l'odeur du bois d'un vieux chalet rustique lorsqu'on visite les vielles maisons d'époque. J'avais l'impression d 'être dans cette chambre. La performance de l'acteur qui incarne le Survenant est très bonne, de même que celle de la belle fille du père Didace.

Les images sont très belles. Le thème? Peur des inconnus, peur du changement... Vivre l'instant présent, apprécier les petits bonheurs. Quelle belle leçon de vie. 

Film qui se situe en 1910 mais qui est encore d'actualité. Combien de personnes sont rejetées de nos jours parce qu'ils ne sont pas dans les normes, combien de personnes ont l'argent comme valeur principale (dans le film on parlait de lopins de terre). Je suis certain que l'on peut tous relier un nom à ces 2 faits (et même ces 3 faits) Rien n'a vraiment changé.
Pendant ce film on rit, on pleure sans tomber dans le mélodramatique.
Film doux à l'oreille et pour les yeux, on en ressort triste mais d'un calme... Merci à tout ceux qui y ont contribué de près ou de loin malgré l'adversité.

L’attrait du film provient surtout de la richesse de ses personnages. En effet, le Survenant est attachant dans ses répliques qui font découvrir l'amour à des personnages plus souvent habitués à se mépriser eux-mêmes. Voilà l'étranger qui ose porter un regard différent sur le monde, un regard qui nous fait voir la beauté : celle d'Angélina mais aussi celle de Fonsine. Le Survenant c'est aussi une présence qui invite au rêve. Que dire de la réplique de Jointville :

"Survenant amène-moi avec toi! Fais-moi découvrir la mer! "


Un étranger arrive dans un village, ça coupe du bois, ça boit, ça braille et ça couraille.

Faut-il L'aimer ou le haïr voila la question. Pas facile d'y répondre à cette question parce que cela dépend de ce que nous recherchons dans un film. Il contient de très belle scènes, les paysages sont réellement très beaux. Le jeux des acteurs est merveilleux. C'est sûr que l'histoire y est un peu plus romancée que la réalité, Mais ce qui m'a embarqué c'est les valeurs qui y sont mises en valeurs. Et c'est très réussi. La musique s'insère dans le film comme un gant. Des longueurs, oui, quelques unes, pis après? Ce qui est important, que ceux qui l'ont vu aie compris et pris le message qu'ils espéraient trouver.


Commentaire 3

«Le Survenant est un personnage qui possède un gros bagage culturel, des moeurs plus libres que les gens de l'époque, précise-t-il. Il a voyagé, sait écouter l'autre en cherchant sa vérité, mais pour les habitants du Chenal du Moine, il demeure l'étranger entouré de mystère qui inspire la méfiance

Commentaire 4

« Le Survenant est un personnage très actuel, moderne, en avant de son temps. C’est quelqu’un qui s’implique socialement dans son milieu. Il est différent et ne laisse personne indifférent; par ses actions, ses gestes, il vient un peu bousculer la vie des gens du village. Il apporte la liberté à certains, en leur laissant voir qu’un autre monde existe. D’un autre côté, il choque et dérange ce petit milieu. »

« Avec son physique imposant et ses talents de conteur, le Grand-dieu-des-routes pouvait charmer les plus belles femmes du village et faire des conquêtes lors de ses virées à Sorel. Pourtant, il a choisi d’aimer l’infirme, Angélina Desmarais, parce qu’il a vu la beauté de son âme. Il a compris sa fragilité et sa différence.Tout comme lui, elle était un peu rejetée par son milieu. En cela, il a trouvé en elle quelqu’un qui lui ressemblait. Leur différence les a rapprochés ».


J'ai voulu vous faire partager cet émerveillement à lire sur le net ces quelques critiques de spectateurs, et vous redire ce que je crois passionnément à savoir que:

OUI, UNE FLEUR A LE DROIT DE SE TOURNER VERS LE SOLEIL!


Et en complément, une bien belle critique de ce film


Posté par KNTHMH à 00:49 - Films - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Un commentaire avant de te lire ? C'est possible ? Oui ! Les WE sont des moments très intenses où la vie sociale domine la solitude essentielle...

    A toi, plein de bisous !

    Posté par nora, 24 septembre 2005 à 12:40

Poster un commentaire